Collectif des riverains en colère

Accueil » Uncategorized » « Poignardé dans le Vieux-Tours en plein samedi après-midi « 

« Poignardé dans le Vieux-Tours en plein samedi après-midi « 

Un homme de 32 ans a été tué à l’arme blanche hier vers 14 h. Il s’est effondré rue Briçonnet, à Tours, après être parvenu à traverser la place Plumereau.

Pompiers, Samu, police : la place Plumereau offrait un visage inhabituel hier midi. Non qu’on n’y assiste jamais à des déploiements de force, mais en général, c’est plutôt à la nuit tombée que se produisent des troubles nécessitant l’intervention des forces de l’ordre.

Or, hier, c’est juste après l’heure du déjeuner, qu’un homme de 32 ans, apparemment familier du quartier, a trouvé une mort brutale.
Venant d’une rue perpendiculaire, peut-être celle qui permet de rejoindre la rue des Halles s’il faut en croire un des témoins présents sur place, l’homme aurait traversé la place Plumerau avant de s’effondrer rue Briçonnet, juste devant le Café Chaud.

Une autopsie sera pratiquée lundi

Alerté à 14 h 13, les pompiers n’ont pu que constater le décès du malheureux qui venait de succomber à une agression perpétrée à l’arme blanche.
Selon Philippe Varin, procureur de la République, il faudra les résultats de l’autopsie qui sera pratiquée lundi afin de connaître avec exactitude la nature de la ou des blessures – les enquêteurs sont restés très discrets sur l’affaire – ainsi que sur le type d’arme qui a été utilisé.
Bizarrement, il semble que ce drame soit passé assez inaperçu. Il y aurait eu en effet relativement peu de monde à cette heure de la journée dans ce secteur pourtant très passant.
Les patrons des deux bars qui font l’angle affirment en effet n’avoir entendu aucun bruit d’altercation, ce qui n’a rien d’étonnant d’ailleurs si l’agression s’est déroulée un peu plus loin.
Deux heures après les faits, un petit groupe de jeunes, dont certains semblaient prostrés, demeurait sur les terrasses du café le plus proche du lieu où gisait encore le corps de la victime recouvert d’un drap blanc. Une jeune fille a eu une crise de larmes avant d’être prise en charge par une femme policier.
Rue Briçonnet, un commerçant insiste sur le fait que trafic et agressions sont monnaie courante dans le quartier ; à L’Épée Royale, on nuance en reconnaissant qu‘« il y a, c’est vrai, parfois du tapage la nuit, mais jamais de crime en plein jour dans ce quartier qui reste un quartier calme. »
Un crime qui, selon Philippe Varin, devrait cependant être rapidement éclairci « dans la mesure où nous possédons un certain nombre d’éléments qui nous permettent d’être optimistes quant à la résolution de cette affaire », confie le procureur de la République. La Nouvelle République

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :